Gilles Robillard, nouveau président de Terres Inovia

Le 15 septembre, le Conseil d’administration de Terres Inovia a élu Gilles Robillard à la tête de l’institut technique des huiles, des protéines végétales et du chanvre. A 43 ans, celui qui succède à Sébastien Windsor a déjà une vision claire des nouveaux défis à relever.

Le nouveau président de Terres Inovia est un homme de terrain : exploitant en Bourgogne, il connaît les difficultés des agriculteurs d’aujourd’hui et la nécessité d’accompagner les évolutions de pratiques nécessaires. « Comment réinventer l’agriculture ? C’est justement l’un des enjeux de l’institut, qui doit être là pour interagir avec tous les producteurs, quelle que soit leur situation, afin de construire des solutions adaptées à leurs exploitations ».

Des réponses aux nouveaux enjeux d’aujourd’hui et de demain

Souhaitant poursuivre la même ligne directrice que son prédécesseur, il souhaite accompagner les agriculteurs selon trois axes :

-l’accroissement de l’autonomie protéinique de la France : « C’est l’un des pivots de notre action ». L’institut a été force de propositions, avec Terres Univia, pour l’élaboration du Plan national pour les protéines et va continuer à travailler dans ce sens ;

-l’accompagnement des producteurs à « penser en système de cultures, et non plus en cultures distinctes afin de trouver de nouveaux leviers de productivité » ;

-l’amélioration de la sélection variétale, « l’une des solutions les plus prometteuses, à l’heure de la diminution des produits phytosanitaires ».

Une analyse fine des prochains défis à relever

Parce que « notre défi, c’est d’aider les producteurs à être plus productifs, tout en disposant de moins de solutions phytosanitaires, en trouvant de nouveaux leviers », deux enjeux majeurs sont à relever :

- savoir s’adapter au changement climatique, dont les dérèglements perturbent les pratiques agronomiques classiques, mais aussi en atténuer les effets ;

- accompagner les agriculteurs dans la transition agricole et chercher des solutions économiquement viables, impliquant moins de produits de protection des plantes.

Pour en savoir plus

Inscrivez-vous pour recevoir nos alertes sur nos prochaines actualités.