Le B100 utilisé pour le transport ferroviaire : une diversification de marché prometteuse

Depuis le 6 avril dernier et pendant 3 mois, l’ensemble des trains de la ligne SNCF Paris Montparnasse - Granville roulent au B100, biocarburant renouvelable issu du colza français, en lieu et place du diesel. Cette prouesse technique, en faveur des énergies propres, a été rendue possible grâce aux efforts de la filière pour diversifier les débouchés des produits oléoprotéagineux et à son investissement pour la transition énergétique.

La mise en œuvre à grande échelle de cette nouvelle utilisation du B100 a été réalisée grâce à une phase d’évaluation technique et environnementale soutenue et pilotée par Terres Univia en collaboration avec l’IFPEN (Institut français du pétrole énergies nouvelles) et en partenariat avec SNCF.

« A la belle dynamique de développement de l’utilisation du B100 dans les flottes de transport routier, s’ajoute désormais la perspective de voir rouler demain des trains avec du B100 100 % français. Dans un contexte difficile pour la filière colza, entre récents aléas climatiques et la nécessité de redynamiser les surfaces de cette culture, cette opportunité prometteuse de diversification verte s’offre désormais aux producteurs d’oléoprotéagineux. Nous nous réjouissons de cette étape symbolique de notre engagement en faveur de l’autonomie française en huile et protéines végétales, du plan protéines et de la transition énergétique. C’est une certitude : l’innovation est la clef pour renforcer la filière tout au long de sa chaîne de valeur », déclare Antoine Henrion, agriculteur et président de Terres Univia.

Le B100, un biocarburant issu du colza, 100 % végétal et 100 % renouvelable

La phase de tests, pilotée en 2019 par Terres Univia, avec l’appui de l’Ingénierie du Matériel de SNCF, visait à mesurer les impacts de l’utilisation du B100 de colza, autorisé par l’arrêté du 29 mars 2018, sur le moteur des toutes dernières générations de TER. Ces tests ont permis de vérifier l’adaptation du B100 à un moteur ferroviaire, tout en prouvant les avantages environnementaux de son utilisation :
-    réduction de 60 % des émissions des gaz à effet de serre (du champ au rail) en comparaison au gazole fossile
-    réduction de 15 % des émissions d’oxydes d’azote en comparaison avec le gazole standard
-    réduction de 45 % de la masse de particules émises en comparaison avec le gazole standard.

Constitué à 100 % d’esters méthyliques d’acides gras d’huile végétale, le B100 s’inscrit comme une alternative biosourcée, renouvelable et substituable au gazole fossile à destination des flottes captives.

A ses nombreux avantages agroécologiques, s’ajoute le rôle essentiel du B100 issu du colza pour la survie et la préservation des abeilles dans nos territoires. En effet, le colza est une plante mellifère vitale pour les insectes pollinisateurs .

Un levier pour de nouveaux marchés

Souveraine sur le marché de l’huile de colza pour l’alimentation humaine, la France produit plus d’huile de colza que les Français n’en consomment. Le B100 permet de valoriser l’ensemble de la récolte, en complément de la valorisation en alimentation animale de la fraction protéique. Le B100 permet donc de sécuriser les débouchés et d’améliorer les revenus des agriculteurs, souvent fragiles et incertains. Le colza utilisé dans le B100 est issu d’une culture locale qui constitue une force vive du dynamisme des territoires avec 110 000 agriculteurs, 6 acteurs agro-industriels, 10 usines et 20 000 emplois non délocalisables.  

Débouchés complémentaires pour les filières agricoles, création d'emplois, meilleure autonomie protéique :  le B100 constitue une formidable opportunité pour l’ensemble de la filière.

Consultez le communiqué de presse

 

Inscrivez-vous pour recevoir nos alertes sur nos prochaines actualités.