Point Eco : quelle place pour les agricultures européennes en 2050 ?

Dans sa nouvelle fiche Point Eco, l’Interprofession des huiles et des protéines végétales diffuse la synthèse d’une étude réalisée par l’Inrae pour Pluriagri.

Quatre simulations

Menée pendant deux ans, entre 2018 et 2020, cette étude permet de faire une prospective complète sur l’offre et la demande alimentaire mondiale à l’horizon 2050 dans le contexte du changement climatique, qui affecte les échanges commerciaux et la sécurité alimentaire.

En effet, l’Europe est confrontée au défi de réduire ses impacts environnementaux tout en maintenant un niveau de production suffisant pour répondre à la demande alimentaire mondiale.

En s’appuyant sur un modèle d’équilibre entre emplois et ressources de produits agricoles, l’étude simule quatre scénarios : deux évolutions possibles des régimes alimentaires et deux projections de rendements intégrant les effets du changement climatique.

Quels résultats ?

En résumé, cette étude met en avant trois points clés :
-Une hausse de la consommation alimentaire mondiale qui varie entre 38 et 47% d’ici 2050 ;
-Une augmentation forte du besoin de surfaces cultivées pour faire face à cette demande, avec des situations régionales très contrastées ;
-Une diminution des besoins des surfaces cultivées en Europe (essentiellement dans l’Est) en raison du déclin démographique sur ces territoires ;

Ces surfaces disponibles seraient une opportunité pour augmenter les exportations et produire plus de protéines végétales, et ainsi réduire la dépendance de l’Europe à la déforestation importée.
Un prolongement de cette étude est envisagé afin d’évaluer le bilan carbone des différents scénarios.

Découvrez la fiche Point Eco détaillée sur l'étude Pluriagri

 

Inscrivez-vous pour recevoir nos alertes sur nos prochaines actualités.