Graines de soja : les indicateurs de qualité analysés pour la récolte 2022


Visuel de la fiche Qualité des graines Soja récolte 2022

Les graines de soja issues de la récolte 2022 ont été analysées par l’Observatoire piloté par Terres Univia et réalisé par Terres Inovia. Il en résulte un Poids de Mille Grains (PMG) et une teneur en protéines en recul, mais une amélioration de la teneur en huile.

En 2022, 182 000 ha de soja ont été cultivés en France, soit une hausse de 18 % par rapport à 2021. Cependant, avec un rendement national de 20,5 q/ha - le plus bas depuis 20 ans- la production nationale atteint seulement 375 000 tonnes, soit 15 % de moins qu’en 2021.

Un PMG en baisse

Le Poids de Mille Grains (PMG) moyen est de 144,7 g, en baisse de 16 % par rapport à la moyenne quinquennale (172,1 g), conséquence d’un déficit hydrique marqué pendant le remplissage des graines.

Une teneur en protéines en recul

La teneur en protéines moyenne est de 41,8 % de la matière sèche (MS), soit 0,7 point de moins qu’en 2021 mais similaire à la moyenne quinquennale. Elle a possiblement bénéficié du phénomène de concentration également observé pour la teneur en huile, ainsi que d’une nutrition azotée relativement correcte avant l’arrêt de l’activité des nodosités, en lien avec les conditions sèches. L’irrigation, surtout en fin de cycle, a favorisé les teneurs en protéines avec une moyenne de 42,5 % en MS pour les parcelles irriguées contre 41,2 % de MS pour supprimer celles en sec.

Un taux d’impuretés aux normes

Le taux d’impuretés moyen de la récolte 2022 est de 0,7 %, similaire à la moyenne quinquennale (0,6 %). La plupart des échantillons respecte la norme de commercialisation de 2 % d’impuretés, comme les années précédentes, ce qui témoigne de la bonne maîtrise des adventices et des conditions favorables de récolte.

Un taux en huile en amélioration

La teneur en huile moyenne est de 22,1 % de MS et de 18,5 % aux normes, soit 1,1 point de plus que la moyenne quinquennale. Le rayonnement non limitant pendant la phase de remplissage a permis une bonne accumulation d’huile dans les graines. De plus, les conditions climatiques ont certainement induit un phénomène de concentration de l’huile dans les graines, particulièrement petites cette année.

Retour