L’Interprofession se mobilise pour le projet CREAPULS


© FPWing – stock.adobe.com
Un mix de graines de légumineuses sur une table en bois

Terres Univia, en étroite collaboration avec l’institut technique Terres Inovia, poursuit son soutien à l’innovation variétale.

Terres Univia a souhaité accompagner le projet de recherche et d’innovation CREAPULS dédié à la sélection variétale, notamment en valorisant ses résultats auprès des acteurs de l’ensemble de la filière, des producteurs aux transformateurs.

Ce projet, piloté par Semences de Provence, bénéficie d’une expertise multiple avec un consortium de partenaires clés de l’amont à l’aval (Semences de Provence, Agri’Obtentions, Terres Inovia, l’Institut de Genech, le CIRAD, Vegedry, La Belle Chaurienne et la CIACAM). Il est financé par FranceAgriMer et par le Fonds d’Actions Stratégiques pour les Oléoprotéagineux (FASO), géré par Sofiprotéol. Mise en lumière sur ce projet et ses premiers résultats.

La genèse du projet : dynamiser et accélérer le processus de sélection variétale des légumineuses et in fine élargir l’offre présente sur le marché

Son objectif principal est de dynamiser et d’accélérer le processus de sélection variétale des légumineuses (lentilles, pois chiche et haricots), en fonction des caractéristiques technologiques et sensorielles souhaitées par le marché, mais également des conditions culturales visées (types de sols, augmentation des rendements, etc.). L’amélioration de ces process permettra de caractériser et d’élargir l’offre variétale présente sur le marché, et in fine de répondre à la demande croissante en protéines végétales, tant en alimentation humaine qu’en alimentation animale.

Un autre enjeu d’importance pour CREAPULS est d’articuler les travaux de recherche sur la sélection variétale avec les travaux sur les analyses physico-chimiques et sensorielles, afin de mieux répondre aux attentes des acteurs de l’aval de la filière. En effet, ce projet permettrait :

Pour ce faire, les différents partenaires, ont eu à cœur de proposer des méthodes fiables, rapides, qui permettent de connaitre certaines données de la graine sans devoir la détruire, en utilisant la spectroscopie proche infrarouge (NIRS). L’institut technique Terres Inovia a notamment fait part de son expertise pour accompagner le développement de ces nouvelles méthodes de caractérisation prédictives, rapides et non destructives sur les graines de légumineuses, grâce au NIRS.

Des premiers résultats encourageants

L’analyse de référence des ressources collectées a pu mettre en lumière une grande diversité en termes de teneur en protéines pour le pois chiche, la lentille et le haricot sec, ainsi qu’en termes de matière grasse pour le pois chiche. Les sélectionneurs et l’ensemble des partenaires du projet sont surpris par ces premiers résultats : « On ne pensait pas qu'il y aurait autant de diversité, cela montre la force de ce projet sur le long terme, ainsi que l’intérêt de mettre en commun les ressources génétiques ».

Un projet porteur pour la structuration de l’offre de légumineuses

L’interprofession suit de près l’avancement de ce projet porteur pour la structuration de l’offre de légumineuses françaises. C’est en effet un projet dont les résultats sont pivots pour l’ensemble de la filière. Selon Marie Dubot, chargée de mission Innovation à Terres Univia, « réussir à caractériser les variétés de légumes secs est primordial afin de pouvoir orienter les variétés en fonction de leurs aptitudes. C’est un projet clé pour l'ensemble de la filière, d'autant plus que les premiers résultats confirment qu'il existe une diversité importante au sein d'une même espèce. Les tests d'aptitude à la transformation ainsi que les tests de caractérisation organoleptiques prennent ainsi tout leur sens ! A l'issue de ce projet nous devrions être en mesure de structurer l'offre de légumineuses en fonction de leurs débouchés, comme par exemple, identifier le meilleur pois chiche pour réaliser un houmous, à l’instar de qui se fait déjà pour les pommes de terre ».

Structurer l’offre variétale en caractérisant mieux les propriétés technologiques et sensorielles des légumineuses, permet ainsi d’accompagner la transition alimentaire en valorisant de manière plus précise les atouts fonctionnels de celles-ci pour répondre à l’évolution des attentes des consommateurs.

Le saviez-vous ?

Les échantillons sont mesurés en NIRS et analysés en parallèle avec les méthodes de référence physico-chimiques, ce qui permet de construire des calibrations. Plus il y a de diversité dans les résultats, plus les calibrations peuvent être performantes.
Les premiers modèles de calibration NIRS sur la teneur en protéines, ont affiché des fortes robustesses pour le pois chiche (R2=0,89 et RMSEP=0,64), la lentille (R2=0,96 et RMSEP=0,65) et pour le haricot (R2=0,80 et RMSEP=1,34).

Pour en savoir plus sur les résultats de CREAPULS :

Légumineuses Recherche Innovation Colza

Retour